15/04/22

Vous avez sûrement eu l'occasion de vous balader dans l’un des nombreux parcs de Bruxelles et de vous poser au bord d’un étang. On vous en dit un peu plus sur cette super ville et son rapport à l’eau.

« L’eau est une denrée absolument extraordinaire. Moi ce qui m’avait frappé, quand j’étais dans mon désert, l’eau c’était précieux, il ne fallait pas faire n’importe quoi, et quand on vous offrait un verre d’eau, on vous offrait quelque chose d’extraordinaire. Aujourd’hui on tire la chasse pour éliminer nos excréments avec l’eau. Pour moi c’est une profanation terrible. » Pierre Rabhi 

 

La Senne : Une rivière sur des montagnes russes

 

Beaucoup de gens ne le savent pas mais il y a une rivière à Bruxelles : la Senne. La ville s’est construite autour d’elle. Mais rassurez-vous, c’est normal si vous ne l’avez jamais vu. Elle est aujourd’hui souterraine. Pendant des années, elle a servi d’égout général à toute la ville. Tout le monde y déversait ses eaux usées (on te laisse imaginer l’odeur). A cause de son insalubrité, des inondations et des maladies qu’elle amenait (la peste, le choléra et autres joyeusetés), les autorités ont décidé, un beau jour des années 1860, d’enterrer la rivière et de la faire passer sous la capitale. C’est bien connu : qui cache le problème le résout aussitôt (champion du sarcasme).

 

Cachée mais pas propre pour autant ! Elle était toujours utilisée pour l’évacuation des eaux usées, ce qui on ne vous le cache pas, n’est pas l’idéal. Inutile de vous dire que les poissons avaient déserté la zone depuis bien longtemps. Il a donc fallu prendre des mesures.

 

Peut-être étiez-vous au courant mais l’assainissement de l’eau de la Senne est arrivé assez tardivement. On le doit à la mise en fonction de deux stations d’épuration en 2007: une station au nord et une au sud. Vous vous doutez bien que l’amélioration n’a pas été instantanée. Après tout, Rome ne s’est pas faite en un jour, Bruxelles non plus. Il a fallu attendre 2013 pour revoir un poisson dans notre chère rivière. Depuis 2016, la qualité de l’eau s’est nettement améliorée et une grande diversité d’espèces nage à présent joyeusement dans la Senne.

 

Souterraine sur la majeure partie qui traverse Bruxelles, plusieurs projets sont à l’œuvre pour la remettre à ciel ouvert à certains endroits de la ville. L’objectif ? Réintroduire la nature dans la capitale. Vous pouvez notamment vous promener sur ses berges de l’île d’Aa à Anderlecht ou l’observer près des halles Saint-Géry. De vraies montagnes russes pour cette petite rivière qui passe son temps à être enfouie ou remise en surface.

 

La senne à Bruxelles, près des halles Saint-Géry © Le Soir

 

 

 

L’eau de pluie, une solution trop peu exploitée à Bruxelles ?

 

L’état de la rivière s’est beaucoup amélioré depuis la mise en service des stations. Cependant, les égouts de Bruxelles ne disposent pas de moyen de récupération pour l’eau de pluie. Et c’est dommage ! Par exemple, saviez-vous que près de 50% de votre consommation d’eau passe dans votre hygiène corporelle et (littéralement) dans vos toilettes ? Récupérer de l’eau de pluie serait super utile dans ces cas-là ! 

 

En région bruxelloise, beaucoup d’anciennes maisons ont toujours leur citerne pour la récupération de l’eau de pluie mais beaucoup sont à l’abandon. Vous voulez sauter le pas ? Pour l’installation ou la rénovation d’une citerne, des systèmes de primes régionales et communales sont mis en place pour vous soutenir et vous encourager dans votre démarche durable. Cela nous paraît une alternative idéale pour l’arrosage de vos plantes (si vous avez la main verte évidemment), vos lessives, votre ménage et on en passe. 

 

Dans des villes plus récentes comme Louvain-la-Neuve, un double réseau d’égouttage a été installé pour récupérer cette eau. Pour faire plus simple, l’eau de pluie et les eaux usées ne finissent pas au même endroit. 

 

L’exposition itinérante Bruszenne, sur l’histoire de la Senne à Bruxelles

 

Bruszenne : sensibiliser les enfants sur le gaspillage de l’eau à Bruxelles

 

Dans le cadre du projet Bucolic Brussels, un groupe d’enfants s’est rendu à l’exposition itinérante du musée des sciences naturelles. Le groupe a pu assister à une animation ludique et en apprendre plus sur la ville et sa gestion de l’eau. Ils ont découvert qu’un bruxellois consomme en moyenne 100 litres d’eau par jour. On retrouve un chiffre similaire en région flamande et légèrement inférieur en Wallonie (90 L/j). Un chiffre qui les a  pas mal fait réagir et qui a permis de les sensibiliser au gaspillage et à leur propre consommation

 

Graphique de la consommation quotidienne en eau d’un bruxellois © Environnement Brussels

 

 

Trouvez-vous ce graphique fidèle ? Avez-vous des astuces pour réduire votre consommation ?

Avoir une attitude plus éco responsable et durable va bien au-delà de la consommation d’eau. On vous en dit plus dans notre article sur les 7 idées reçues sur le durable

 

Envie d’être au courant de toutes les nouveautés LaSemo ?

ON EST PARTOUT ! ALORS SUIVEZ-NOUS…

CLOSE