16/03/22

Dans des conversations avec des potes, dans un long dîner de famille... et sur tous les sujets, les idées reçues ont la vie dure. Et le durable n'y échappe pas.

Avant-tout, il faut évidemment préciser que le terme « durable » englobe une liste de sujets et de thématiques énorme. Agriculture, alimentation, santé, déchets, vie quotidienne, vie sociale, économie, finance… Le but n’est pas ici de lister tous les domaines. Déjà, parce que ni toi, ni nous n’avons le temps pour ce travail titanesque (ni l’espace nécessaire dans un article de blog, c’est vrai). Mais surtout parce que nous avons voulu nous axer sur des domaines qui nous concernent au quotidien, en priorité. Pour que nos exemples soient plus parlants, et applicables tous les jours.

 

On te montre en sept exemples qu’être durable, c’est abordable !

 

1. Etre durable, c’est toujours plus cher

 

C’est une idée souvent entendue par rapport à l’un de nos sujets favoris… J’ai nommé : l’alimentation ! « Manger durablement/bio/local est hors-de-prix et impossible au quotidien » : une phrase souvent prononcée. Mais s’alimenter de manière plus respectueuses n’est pas un Grââl inaccessible. Une clé simple (parmi tant d’autres) ? Diminuer sa consommation de viande. Une étude a prouvé qu’adopter un régime flexitarien (moins riche en viande et poisson) peut te faire gagner 600€ d’économie par an. Et ce n’est pas tout : ce régime est plus équilibré pour ta santé… et diminue de 38% ton empreinte carbone. Tout bénéf’ !

width=480

Etre éco-responsable, ce n’est pas synonyme de dépenses en plus

 

2. Etre durable, c’est trop compliqué

 

Alors qu’en fait, être plus durable est parfois synonyme de petites habitudes. Une fois instaurées, tu n’y penseras même plus ! Des idées à noter : utiliser des multiprises pour éteindre complètement tes appareils ; utiliser une gourde ; régler son thermostat à moins de 20° (ton corps s’habitue en une semaine à une nouvelle température) ; acheter en vrac. Des idées simples à mettre en place dans ton quotidien !

3. Etre durable, ça prend trop de temps

 

Pour répondre tout-à-fait honnêtement, il y a du vrai et du faux dans cette question. Il est vrai qu’un changement vers un mode de vie plus eco-responsable peut demander une charge et une énergie mentale importante. Verda Mano a écrit un article très intéressant sur cet effet, que nous t’invitons à lire ici. Si toutes ces petits astuces durables ne prennent pas de temps en soi, au bout de compte, leur addition peut rogner pas mal de temps libre. Il faut opérer un cheminement réaliste et vertueux. Démarrer par ce qui nous semble le plus facile. Puis un changement en amène un autre plus grand et un encore plus grand, jusqu’à ce que les actions les plus complexes à priori se fassent quasi-naturellement. Mais ça demande un peu d’organisation (et un joli calendrier et des couleurs pour ma part) pour ne pas surcharger ses semaines !

 

Pas le temps, pas le temps… d’être durable ?

 

4. Etre durable, ça ne changera rien pour la planète

 

On pourrait penser que les gestes écoresponsables que chacun de nous peuvent appliquer n’ont qu’un effet infime sur la planète. Il est évident qu’une régulation politique peut apporter plus rapidement des changements dans l’impact écologique de la société. Mais il ne faut pas négliger nos comportements ni se décourager pour autant. Quelques chiffres pour laisser de côté cette triste affirmation.
Un de nos plus grand impact sur la planète, c’est la voiture. En Belgique, 21% des émissions de CO2 proviennent du trafic routier. Pourquoi ne pas commencer par ressortir son vélo pour les trajets de moins de 3km ? On peut aussi souligner l’emprunt des transports en commun et le covoiturage. Ou ressortir un peu de motivation et profiter de l’air extérieur avec une petite marche !
Allez, un petit dernier. Eviter l’avion sur une année, c’est 1,6 tonnes de CO2 en moins sur l’année !

 

Anecdotiques, nos modes de vie sur le développement durable ? Pas vraiment !

 

5. Etre durable, c’est trop contraignant

 

Là, c’est le moment où on fait un peu d’auto-promo. Dans un article de janvier, on te prouve en 10 résolutions que des habitudes durables simples existent. Promis, c’est réalisable sans soucis !

6. Etre durable, c’est ne plus voyager

 

Et si on voyageait autrement…plus durablement ?

 

Il existe pleeein d’alternatives durables pour voyager de manière plus responsable. Il existe d’ailleurs tout autant de termes qui en parlent. Le tourisme responsable, qui repose sur un impact positif sur les populations locales et minimise l’impact sur l’environnement. Le slow tourisme, qui met l’accent sur le temps, les rencontres et la découverte, au lieu du « tourisme de masse » plus néfaste. Meilleur pour la planète… et pour ta tête. Et surtout, il existe tellement de beaux coins à visiter dans sa propre région et son propre pays. Tu ne nous crois pas ? Va jeter un oeil à notre article sur les 6 points de vue à couper le souffle en Ardenne belge. Magie et découverte assurées !

7. Le durable, c’est que du greenwashing

 

On peut répondre non à cette question, dès que nous agissons véritablement. Mais évidemment oui pour certaines entreprises. Le greenwashing, c’est un procédé marketing utilisé par une organisation (entreprise, administration dans le but de se donner une image de responsabilité écologique trompeuse.  Il est omniprésent. Que ce soit sur les produits que nous achetons ou sur l’image d’une entreprise que nous connaissons. Le tout est de le repérer pour l’éviter. En cas de doutes en magasin, tu peux poser des questions aux vendeurs sur les engagements environnementaux de la marque. Et lire un peu plus loin que le « Made in Belgium » … parfois très trompeur.

 

Voilà, en vrac, quelques idées et pistes de réflexion sur ces images préconçues. Evidemment, il y en a beaucoup d’autres. Et toi, tu en penses quoi de toutes ces réflexions ?

 

Rédigé par Simon

Envie d’être au courant de toutes les nouveautés LaSemo ?

ON EST PARTOUT ! ALORS SUIVEZ-NOUS…

CLOSE